mercredi 24 août 2016

Histoire et Bienfaits : L'épinard

Les épinards  : symbole de verdure !

épinard

Histoire 

Très présent dans les cultures arabes, l’épinard était utilisé en cataplasmes dans le traitement des douleurs du foie et de l’estomac. Il semblerait que Grecs et Romains n’aient pas connu ces feuilles vertes à l’Antiquité.
C’est donc au Moyen Âge qu’il atteint la France, ramené de Jérusalem par les Croisés ou provenant de la péninsule Ibérique alors sous domination arabe. Les Européens ne lui prêtent alors que peu d’attention et le considèrent même comme « l’herbe du carême » : en consommer est en soi une privation !

Ce légume est devenu connu au XIIème siècle, grâce à Catherine de Médicis, née à Florence en 1519, qui adorait les nouveautés et les épinards. À l’époque, des fillettes partaient à dos d’ânes commercialiser les épinards préalablement préparés et cuits avec soin. Mais sa popularité s’est vu accrue avec les aventures de notre célèbre Popeye, fidèle adepte de ce légume.
De nos jours encore, on nomme « à la florentine », nombre de mets à base d’épinards.


Bienfaits 

Ses protéines :

    Epinards cuits : La quantité de protéines (2,97 g pour 100 g) est supérieure à la quantité moyenne présente dans les légumes (2,21 g pour 100 g).
    Epinards crus : La quantité de protéines diminue par rapport à la quantité présente dans les épinards cuits (2,70 g pour 100 g) mais reste supérieure à la quantité moyenne présente dans les légumes.


Sa composition nutritionnelle :


Des vitamines. L’épinard contient les vitamines C, A B9 et E anti-oxydantes permettant de lutter contre le vieillissement cellulaire et il doit être consommé le plus frais possible. Il renferme aussi de la provitamine A, qui se transforme en vitamine A indispensable pour la vision crépusculaire. Il est également très riche en acide folique utile pour la multiplication des cellules, la régulation de l’activité des gènes, la fabrication des globules blancs et rouges, le renouvellement de la peau et de la paroi de l’intestin…
Sa teneur en vitamines C varie fortement d’une variété à l’autre, mais aussi d’une saison à l’autre. 50 % des vitamines C de l’épinard disparaissent lors de la cuisson à l’eau.

Des minéraux. L’épinard comporte du calcium, du potassium et du magnésium en quantités élevées. Le calcium permet le développement et le maintien des os et des dents. Le potassium contribue à l’hydratation des cellules, à la contraction des muscles, à la synthèse des protéines, au métabolisme des glucides et à la propagation de l’influx nerveux. Le magnésium permet la production d’énergie et est essentiel pour la contraction musculaire.
Pour 100 g d’épinard cru :
100 mg de calcium,
70 mg de magnésium,
510 mg de potassium.
3,40 mg de fer !

Des fibres. Abondantes dans l’épinard, les fibres stimulent le transit intestinal.

De la vitamine K. Cette vitamine aide à la coagulation du sang. L’épinard en renferme beaucoup et les personnes astreintes à un traitement anticoagulant ne doivent pas en consommer plus de 100 g par jour.

Des oxalates. L’épinard est riche en oxalates. Les personnes souffrant de calculs rénaux (oxalate de calcium) doivent éviter d’en consommer.


Le saviez-vous ?


Origine du nom : Apparu dans la langue française en 1256 sous la forme d’« espinarde », le terme « épinard » est une adaptation de l’espagnol espinaca, altération de espina, « épine », qui est dérivé de l’arabe d’Espagne isbinâkh. La référence à l’épine vient de la forme du fruit qui contient les graines : ceux des premières variétés à être connues étaient tous épineux. Ce n’est que plus tard dans l’histoire qu’on a découvert des variétés à fruits lisses et ronds.

Merci Popeye : « c’est moi Popeye le marin, et si je leur rentre dans le lard, c’est grâce aux épinards ». Le héros de dessin animé a même sa statue ! Elle a été érigée après la crise économique de 1929. L’épinard a en effet sauvé les États-Unis de la disette !

Faute de frappe : la légende voudrait que l’épinard soit particulièrement riche en fer. Tout le monde en est persuadé… pourtant certains aliments comme les fruits secs en sont bien plus pourvus. La confusion serait née d’une simple faute de virgule : une secrétaire américaine aurait par inadvertance multiplié par dix la teneur en fer dans l’épinard.

Sa famille : L’épinard appartient à la famille des chénopodiacées, qui comprend d’autres plantes comestibles comme la betterave, la bette à carde, le chénopode (ou chou gras), l’arroche, le quinoa et la salicorne.

Recette de la tarte aux épinards !


Retrouver tous les articles de cette rubrique sur la page SANTÉ




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire